El archivo Pessoa

18 décembre 2007

Après l’art du voyage, Louis Vuitton renouvelle les formes contemporaines de mécénat. Pendant un mois, le Pavillon de l’Arsenal à Paris a accueilli l’exposition intitulée Histoire d’un projet. La Fondation Louis Vuitton pour la création. Une exposition de grandeur limitée, destinée à présenter les différentes étapes du processus de conception architecturale du futur bâtiment de la Fondation. Sans légendes, sans indication du sens de la visite, le chantier de création du bâtiment a été révélé aux visiteurs dans la simultanéité incontrôlable de l’acte créateur. Disposées les unes à côté des autres sur des tables parallèles, plus de cinquante maquettes d’étude, en plastique, bois et papier, en couleur et en transparent, réalisées par Franck Gehry et son agence, ont délimité des couloirs provisoires permettant de circuler à travers les différentes solutions imaginées par l’architecte. L’ensemble du travail préparatoire ici dévoilé et documenté a montré comment la démarche créatrice a surtout visé la recherche d’une forme. Une forme à la fois capable de s’inscrire dans l’espace du jardin d’acclimatation de Paris (qui accueillera la structure) et de faire apparaître extérieurement l’identité et l’ambition de la Fondation. Recherchée tant au fil des dessins préparatoires que du travail de réalisation des multiples maquettes, cette forme semble finalement avoir été trouvée dans la nature. Comme un glacier transparent et lumineux, aux contours irréguliers, la Fondation aura une forme composite et aérodynamique ; elle ressemblera à un vaisseau en mouvement, assemblant différentes microstructures imbriquées les unes aux autres. Un début in medias res, une véritable mise en abyme pour la future Fondation qui s’inscrit d’ores et déjà au cœur de la création.

Par Erica Durante