El archivo Pessoa

18 décembre 2007

Dans le cadre du cycle "Trésor du patrimoine écrit", organisé par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national du Patrimoine, le 23 juin 2009 à 18h15 à l’Auditorium Galerie Colbert, 2, rue Vivienne à Paris, se tiendra la conférence d’Anne Mary, conservateur au département des Manuscrits de la BnF et rédactrice de Recto/Verso, autour du manuscrit de L’Ecume des jours de Boris Vian.

Brève présentation de la conférence :

Une partie des manuscrits de Boris Vian, correspondant à sa production jusqu’en 1950 environ, est conservée au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Fleuron de cet ensemble, le manuscrit de L’Ecume des jours, rédigé de la fin 1945 jusqu’en avril 1946, représente le paradigme de la production vianesque : une écriture cursive et rapide, très peu de repentirs, des jeux de langage et des néologismes abondants. Fait plus rare, des dessins viennent ponctuer le verso de certains feuillets, ces derniers étant tous constitués de papier à en-tête de l’AFNOR où travaillait alors Boris Vian en tant qu’ingénieur.

L’auteur, pour ce premier grand roman, reçut le soutien de Raymond Queneau, enthousiasmé par ce jeune écrivain dont la fantaisie débridée s’alliait à tant de poésie : la maladie y prend la forme d’une fleur, le nénuphar, et le fameux pianocktail inventé par Vian fabrique des breuvages différents en fonction de l’air joué. Parfois qualifié de « roman jazzique », L’Ecume des jours est imprégnée de références à la culture américaine, notamment musicale, toujours sur le mode de l’humour et de l’imaginaire. L’auteur multiplie les clins d’œil, mettant en scène le philosophe Jean-Sol Partre et la Duchesse de Bovouard, caricaturant les attitudes extrêmes des admirateurs du couple, et évoquant la conférence sur l’existentialisme donnée par Sartre en 1945. Cependant, loin d’être uniquement « le plus poignant des romans d’amour contemporains » selon l’expression de Queneau, ce texte conte une histoire de désillusion et de désamour : le mariage marque la fin du temps de l’insouciance, l’entrée dans le monde honni des adultes, la nécessité du travail.

Cette œuvre, très peu lue à sa parution en 1947, n’a accédé à la reconnaissance que dans les années soixante. Souvent considérée comme symbole de l’adolescence, elle fait désormais partie des classiques de la littérature française du XXe siècle et, à ce titre, a reçu une reliure d’art réalisée par Sün Evrard, tout comme quelques autres œuvres du département des Manuscrits, telles La Nausée de Sartre reliée par Monique Mathieu ou La Peste de Camus par Georges Leroux. Reprenant l’image du nénuphar, cet écrin marque la place toute particulière de ce manuscrit au sein du fonds Boris Vian.

Pour plus d’informations, cliquez ici